Les immobilisations incorporelles permettent de protéger et valoriser des actifs non physiques. Cet article vise à expliquer la nature, les caractéristiques et la comptabilisation de ces actifs immatériels. Il offre des conseils sur leur gestion stratégique pour optimiser les avantages économiques et maintenir la compétitivité de l'entreprise.

Contenu

Que sont les immobilisations incorporelles ?

Les actifs dans un bilan financier d'une entreprise se divisent en trois types principaux :

  • Immobilisations corporelles : ce sont des biens physiques que l'entreprise possède et utilise dans ses opérations quotidiennes. 
  • Immobilisations financières : ce sont des investissements à long terme dans d'autres entreprises ou entités. Par exemple, des actions ou des parts sociales détenues par l'entreprise dans d'autres sociétés.
  • Immobilisations incorporelles : ce sont des actifs non matériels et non monétaires détenus par une entreprise, qui ont été acquis ou développés pour être utilisés sur le long terme dans ses opérations. Elles contribuent à la génération de revenus futurs grâce à des innovations et des droits exclusifs. Elles améliorent l'efficacité opérationnelle et la réputation de l'entreprise sur le marché. En termes d'écriture comptable, l'acquisition d'une immobilisation incorporelle est inscrite au bilan de l'entreprise, généralement à son coût d'acquisition, et amortie sur sa durée de vie utile.

Ces catégories d'actifs sont importantes car elles représentent la valeur que l'entreprise détient et utilise pour générer des revenus et des bénéfices. 

CaractéristiquesImmobilisations corporellesImmobilisations incorporelles
NatureBiens physiquesSans substance physique
TangiblePhysiquement palpableNon palpables
IdentificationFacilement identifiable et localisableSouvent non physiquement identifiables
Durée de vieDurable avec une maintenanceDurée de vie illimitée
ExemplesTerrains, bâtiments, machinesBrevets, marques, logiciels, droits d’auteur

Le immobilisation incorporelle : conditions et caractéristiques

Les immobilisations incorporelles sont des actifs non physiques que possède une entreprise. Pour qu'un actif soit considéré comme une immobilisation incorporelle, il doit remplir certaines conditions :

  • Il doit être possible de clairement identifier cet actif comme distinct des autres.
  • L'entreprise doit avoir le contrôle sur cet actif, c'est-à-dire la capacité d'en tirer des bénéfices économiques.
  • Il est prévu que cet actif génère des bénéfices économiques pour l'entreprise à l'avenir.
  • Les coûts engagés pour acquérir ou développer cet actif doivent pouvoir être mesurés avec précision.

Lorsqu'on parle d'augmentation de capital en lien avec les immobilisations incorporelles, cela peut signifier que la valeur de ces actifs attire des investisseurs, qui décident de mettre davantage d’argent dans l'entreprise.

Pour identifier ces immobilisations, il faut observer leurs caractéristiques :

  • Elles ne sont pas physiquement tangibles ;
  • Elles peuvent être contrôlées par l'entreprise ;
  • Elles sont distinctes des autres actifs ;
  • Elles sont prévues pour générer des bénéfices économiques futurs ;
  • Les coûts pour les acquérir ou les développer peuvent être précisément évalués.

Classification des immobilisations incorporelles

Les immobilisations incorporelles résultent souvent d'événements passés et génèrent des avantages économiques futurs pour une entreprise. Voici une classification possible :

Frais administratifs

Les frais administratifs capitalisés sont les coûts engagés pour obtenir des licences, des permis ou des droits administratifs spécifiques nécessaires à l'activité de l’entreprise. Par exemple, les frais de licence pour utiliser un logiciel propriétaire dans l'entreprise.

Frais de recherche et de développement (R&D)

Les coûts associés à la recherche et développement peuvent être capitalisés s'ils répondent à des critères spécifiques, tels que la faisabilité technique et la probabilité de rentabilité future. Par exemple, les coûts de développement d'un nouveau logiciel interne utilisé pour améliorer l'efficacité opérationnelle.

Brevets, licences, concessions et marques

Les droits légaux sur des inventions, des processus, des marques déposées, des licences ou des concessions qui confèrent une utilité économique positive au futur à leur détenteur. Par exemple, un brevet pour une technologie innovante détenue par l'entreprise.

Propriété commerciale (incluant le bail commercial)

Les droits associés à la propriété commerciale, y compris les avantages économiques liés à la localisation, au fichier client, à la réputation et aux contrats en cours d'une entreprise. Cela inclut également les droits sur le bail commercial. Par exemple, la valeur attribuable à l'emplacement stratégique d'un magasin détenant un fonds de commerce avantageux.

Droits de bail

Les avantages économiques liés à la location d'un actif immobilier, tels que les conditions de location et les droits d'utilisation. Par exemple, les droits acquis par une entreprise en vertu des contrats de crédit bail pour occuper un espace commercial et l’acquérir.

Autres immobilisations incorporelles

D'autres actifs incorporels identifiables qui ne rentrent pas dans les catégories spécifiques mentionnées précédemment mais qui sont contrôlés par l'entreprise et génèrent des avantages économiques futurs. Par exemple, les coûts de formation capitalisés pour développer des compétences spécifiques des employés utilisées dans les opérations de l'entreprise.

Les charge immobilisée et le immobilisation incorporelle

Les charges immobilisées désignent les dépenses engagées par une entreprise pour acquérir, développer ou améliorer des actifs immobilisés. Ces dépenses sont généralement des coûts qui sont amortis sur plus d’un exercice comptable plutôt que d'être entièrement comptabilisés comme charges dans l'année de leur paiement.

Par exemple, si une entreprise investit dans la recherche et le développement (R&D) pour créer un nouveau logiciel, les coûts associés à cette R&D peuvent être considérés comme des charges immobilisées. Ils seront alors étalés sur la durée estimée de vie du logiciel sous forme d'amortissement.

Les charges immobilisées peuvent contribuer à la création ou à l'amélioration des immobilisations incorporelles. Par exemple, les coûts de développement d'un logiciel peuvent être capitalisés comme charges immobilisées et ensuite être amortis en tant qu'immobilisation incorporelle une fois que le logiciel est mis en service.

Comment calculer les immobilisations incorporelles ?

Pour comprendre et calculer les immobilisations incorporelles, il est essentiel de maîtriser plusieurs concepts clés : la valeur nette comptable, le coût d'acquisition, et l'amortissement.

La valeur nette comptable d'une immobilisation incorporelle représente sa valeur après avoir pris en compte l'amortissement cumulé et les éventuelles dépréciations. C'est essentiellement la valeur résiduelle de l'actif à un moment donné dans le temps. Sa formule est : 

VNC = Prix d'achat HT - amortissement - provisions

Le coût d'acquisition d'une immobilisation incorporelle correspond à toutes les dépenses directement attribuables à son acquisition, son développement ou son amélioration jusqu'à ce qu'elle soit prête à être utilisée de manière productive dans l'entreprise. Sa formule est : 

Coût d’acquisition = Prix d’achat + Coûts directement attribuables à l’acquisition

L'amortissement est la répartition systématique du coût d'une immobilisation incorporelle sur sa durée d'utilisation estimée. Il reflète la consommation des avantages économiques de l'actif au fil du temps. Il existe plusieurs méthodes d'amortissement couramment utilisées pour les immobilisations incorporelles :

  • L'amortissement linéaire qui répartit le coût de l'actif de manière égale sur sa durée de vie estimée :

Base amortissable x Taux d'amortissement linéaire = Annuité d'amortissement

  • L'amortissement dégressif appliqué un taux d'amortissement fixe sur la valeur nette comptable restante de l'actif : 

Taux d’amortissement linéaire x Coefficient dégressif = Taux d’amortissement dégressif

L'amortissement est enregistré périodiquement dans les états financiers de l'entreprise (généralement annuellement) jusqu'à ce que la valeur nette comptable de l'actif atteigne sa valeur résiduelle ou jusqu'à ce qu'il soit retiré de l'actif de l'entreprise.

Comment comptabiliser les immobilisations incorporelles ?

Les immobilisations incorporelles sont comptabilisées conformément aux principes comptables de base.

Lorsque l'entreprise acquiert une immobilisation incorporelle, elle l'enregistre à son coût d'acquisition. Ce coût inclut non seulement le prix d'achat mais aussi les coûts directement attribuables à la mise en service de l'actif, tels que les frais juridiques, les honoraires de conseil, etc.

Elles sont comptabilisées comme un actif dans le bilan de l'entreprise. Elles sont généralement inscrites dans les comptes de la classe 20, qui regroupe les immobilisations incorporelles, comme par exemple :

  • Compte 201 : Brevets, licences, logiciels
  • Compte 202 : Fonds commercial, marques
  • Compte 203 : Droits et valeurs similaires
  • Compte 204 : Droit au bail
  • Compte 205 : Frais de développement
  • Compte 206 : Concessions, brevets et droits similaires
  • Comptes 207 : Fond commercial
  • Compte 208 : Autres immobilisations incorporelles

Contrairement aux actifs matériels comme les équipements ou les bâtiments, les immobilisations incorporelles sont amorties plutôt que dépréciées. L'amortissement représente la répartition systématique et rationnelle du coût de l'immobilisation incorporelle sur sa durée d'utilisation probable. 

Les immobilisations incorporelles doivent être évaluées régulièrement pour déterminer si leur valeur recouvrable est supérieure à leur valeur comptable nette. Si ce n'est pas le cas, une dépréciation doit être constatée.

Gestion stratégique de immobilisation incorporelle

La gestion stratégique des immobilisations incorporelles revêt une importance capitale pour toute entreprise qui cherche à protéger et à valoriser ses actifs immatériels. Ce processus englobe la création proactive d'actifs tels que les brevets, les marques déposées et d'autres formes de propriété intellectuelle, ainsi que leur entretien pour préserver leur valeur et leur efficacité. 

Le dépôt de brevets et l'enregistrement de marques sont des étapes essentielles dans cette démarche. Elles nécessitent une expertise dans la recherche, la rédaction des demandes et la gestion des procédures d'examen. 

En parallèle, d'autres mesures de protection comme les droits d'auteur et les secrets commerciaux viennent compléter cette stratégie. Elles assurent que l'entreprise peut bénéficier pleinement de ses innovations et de son savoir-faire, tout en sécurisant sa position sur le marché à long terme.

Recevez les dernières nouvelles business et tech chaque semaine!

Conclusion 

Les immobilisations incorporelles sont des actifs non physiques mais essentiels pour une entreprise. Elles sont distinctes des immobilisations corporelles et financières. Ce sont des éléments comme les brevets, les marques, les logiciels et les droits d'auteur. Ils doivent être identifiables, contrôlables par l'entreprise, et prévues pour générer des bénéfices futurs.

La comptabilisation de ces actifs prend en compte leur coût d'acquisition et leur amortissement sur la durée d'utilisation estimée. Une gestion stratégique avec la protection et la valorisation des actifs immatériels permet d’optimiser les avantages économiques et de maintenir la compétitivité de l'entreprise.

FAQ

Comment savoir si c'est une immobilisation ?

Pour déterminer si un actif est une immobilisation, vérifiez s'il est identifiable, contrôlé par l'entreprise, destiné à générer des bénéfices économiques futurs, et si les coûts d'acquisition ou de développement sont mesurables avec précision. Les immobilisations incluent des actifs physiques et non physiques utilisés sur le long terme.

Quels sont les moyens pour obtenir une immobilisation incorporelle ?

Les moyens d'obtenir une immobilisation incorporelle sont l'achat direct (brevets, licences), le développement interne (recherche et développement), et l'acquisition via fusions et acquisitions. Les coûts doivent être précisément mesurables et les actifs doivent générer des avantages économiques futurs pour l'entreprise.

Quelles sont les erreurs courantes dans la gestion et l'évaluation des immobilisations incorporelles ?

Les erreurs courantes sont la mauvaise identification des actifs, la sous-estimation ou la surestimation de leur valeur, l'absence de suivi régulier pour évaluer la dépréciation, et l'ignorance des coûts indirects liés à leur développement ou leur acquisition.

Les articles suivants pourraient également vous intéresser :

Derniers articles