Speakers' corner

Erreurs et horreurs comptables. La parole à Benoît Prot de BPA Experts pour les éviter

Erreurs et horreurs comptables. La parole à Benoît Prot de BPA Experts pour les éviter

Dans cette période compliquée où les risques de faillite s'accélèrent comme le révèle la Banque centrale européenne (BCE) dans son rapport semestriel sur la stabilité financière remis en novembre dernier, nous souhaitons aborder ici plusieurs aspects pour favoriser la bonne gestion d'une entreprise. Posons toutes nos questions à Benoît Prot.

Est-il difficile de créer une entreprise pour une personne qui n'est pas expert-comptable ou avocat en France ? Quells sont les principales difficultés?

Contrairement à l’Angleterre où remplir un simple feuillet suffit, en France il est plus compliqué d’ouvrir une entreprise. Bien qu'il existe des incubateurs, des subventions ou encore des aides gouvernementales, avec le chômage notamment, le système français t'impose de compléter et renseigner de nombreux documents administratifs. Certains requièrent des connaissances approfondies en droit des sociétés, en fiscalité et en comptabilité, avec certains termes assez techniques.  Du coup, beaucoup d'entrepreneurs Français font appel à des experts pour rédiger les statuts de leurs entreprises. Même si des modèles circulent gratuitement sur internet, ils comportent parfois des erreurs ou des informations désuètes, il est donc préférable de s'entourer de professionnels.

Quelles sont les erreurs comptables les plus courantes en France ? Et en Europe ? Quelles sont leurs conséquences pour l’entrepreneur ? Comment peut-on les éviter ?

Parfois certaines entreprises souhaitent améliorer leurs résultats à la hausse (par exemple pour cacher leur faiblesse) ou au contraire à la baisse (par exemple pour baisser leur niveau de taxation). Ces pratiques sont de nature à détériorer l'information qui nourrit les modèles de prévision et la prédiction de défaillance. Lorsqu’on joue avec les chiffres, la moindre petite erreur peut avoir des conséquences graves, et cela vaut partout en Europe !

Parmi les erreurs les plus courantes en comptabilité, il y a cette tendance à passer certaines écritures comptables à l’envers. Par exemple, passer un avoir comme une facture ou à l’inverse, passer une facture comme un avoir. Le résultat est catastrophique pour votre comptabilité. Ensuite figurent les erreurs de saisie (veillez à vous relire avec rigueur). L'oubli de données légales est aussi fréquent sur les factures. Parmi les mentions légales à indiquer, il ne faut oublier ni le nom de la société, ni la date, ni l'adresse du siège social, ni le numéro de TVA intracommunautaire, ni son numéro de SIRET, ni même l’application de pénalités en cas de retard de paiement. Vérifiez toutes les informations. Parfois aussi, le taux de la TVA n'est pas le bon. En France par exemple, la TVA est généralement de 20%, donc si on a 1000 euros hors taxes de prestations, on aura 200 euros de TVA, soit un total de 1200€ TTC à facturer. Attention toutefois, si l'on facture un client basé dans un pays d'Europe, il faut appliquer les règles liées aux opérations intracommunautaires en matière de TVA. Et si votre chiffre d’affaires dépasse le seuil majoré de TVA (36 500 € pour les prestations de services, 94 300 € pour les activités achat-vente) - vous ne bénéficiez plus de la franchise de TVA. Si le montant de votre chiffre d’affaires est en dessous du seuil de franchise en base de TVA, vos factures doivent alors contenir les mentions suivantes « TOTAL HORS TAXE » et « TVA non applicable, art. 293 B du CGI ».

Evitez aussi de la jouer "borderline". N'oubliez pas que vous prenez des risques en jouant avec la non-conformité. Enfin, il faut être en veille sur l’évolution des règles fiscales. Pour cela, je vous recommande de faire appel à un expert-comptable ou encore de profiter des outils développés par les banques en ligne pour être avisé du montant et du moment pour payer la TVA.

Vos clients PME se plaignent du stress qu'ils subissent quand ils tiennent seuls leur comptabilité ? Quand et pourquoi viennent-ils vous voir ? Comment formulent-ils leur problème ?

Le stress provient souvent d'un manque d'information. Il faut dire que les règles comptables et fiscales changent souvent, et il est difficile de se tenir informés lorsque que ce n'est pas votre métier. Evolutions fiscales, changements de seuils pour les marchés, nouvelles dispositions législatives. Le taux de TVA ou son seuil peuvent changer. De plus, en France certains entrepreneurs n’ont pas toujours une culture économique suffisante. Certains confondent parfois, la marge nette qui est obtenue après déduction des frais de structure, et le résultat net obtenu aprés application de l’impot sur les bénéfices pour les sociétés. Et comme l'administration utilise des termes très techniques, elle augmente le stress de l’entrepreneur. Ses formulations sont parfois maladroites.  Lorsqu'on reçoit un message qui dit “Vous n’avez pas payé vos impôts dans les délais – vous devez payer des pénalités" cela peut faire peur.  Notre rôle à nous, expert-comptable est de rassurer nos clients, leur expliquer qu'il n'y a en réalité pas d'erreur ou de paiement après les délais ou alors comment la corriger.  Au vu du nombre de déclarations à remplir et de règles à suivre, les risques d’erreurs sont importants.

Combien d'entrepreneurs font faillite à cause de problèmes de comptabilité ? Quelles sont les raisons les plus courantes ?

Parfois, les entrepreneurs confondent chiffre d'affaires et résultat, c’est un problème de culture économique. On a le chiffre d'affaires, puis les charges liées à l’activité, et enfin le résultat - c’est à dire ce que l’entrepreneur a vraiment gagné ou perdu. Ils pensent souvent à tort, qu'encaisser beaucoup d'argent signifie que c’est ce qu’ils ont gagné. Mais ils oublient toutes les cotisations et taxes à payer, et les impôts. Prendre des dividendes est une décision qui se réfléchit, on ne peut pas le faire n'importe comment. D'où l'utilité d'être accompagné par un professionnel, je le répète.

Quels sont les problèmes que rencontrent les entrepreneurs pour remplir une déclaration d’impôts ? Est-il possible que des entrepreneurs prospères ne soient pas capables de payer des impôts simplement parce qu’ils ont mal alloué des fonds ou mal géré leurs finances ?

Je constate souvent des redressements fiscaux à cause d’une simple erreur administrative lors de l’établissement de la déclaration d’impôt. Les cases à remplir sont nombreuses et parfois difficiles à trouver et les notices d’informations ne sont pas claires et souvent très techniques. De plus les entrepreneurs peuvent être soumis à des régimes différents (BNC, BIC).  En résumé, plusieurs fiscalités existent selon ce que vous avez choisi comme régime pour votre entreprise et la nature de votre activité. Une erreur dans le choix de la case et l’impôt calculé peut varier de plusieurs centaines d’euros expliquant la possibilité d’un redressement.  La première question est donc de bien connaître votre mode d’imposition. Soit, vous êtes au prélèvement libératoire (auto-entrepreneur), auquel cas on vous a déjà ponctionné l’impôt, soit vous êtes au régime normal et vous devez remplir votre déclaration qui va engendrer la fiscalité à partir de votre avis d’imposition.

Autant vous dire que si vous confondez les cases, le redressement peut être douloureux. Il est toujours possible de se tromper. Voilà pourquoi je conseille aux entrepreneurs de se créer des alertes pour régler la TVA, CFE, CVAE et de faire vérifier tout cela par un pro !

Merci au savoir-faire de notre expert pour ces précieuses indication.

A bientôt

***

Avant de vous lancer, savez-vous que FINOM fournit aux entrepreneurs, aux PME et aux indépendants les produits les plus performants ? Nos services financiers rassemblent la gestion bancaire, la comptabilité et la facturation dans une solution numérique tout-en-un, toujours disponible sur votre portable. Consultez votre compte qu'importe où vous êtes et faites des affaires de la manière la plus simple, avec FINOM. Consultez nos solutions financières et trouvez celle qui vous convient le plus !

Accéder à FINOM

Le service financier en ligne le plus simple et efficace d'Europe pour les PMEs, professions libérales et freelances.

Essayer gratuitement

Articles similaires