Contents

Last articles

Open Banking : les grandes manœuvres des géants du web

Share this post

Avec l'entrée en vigueur de la directive PSD2 , le nombre d'acteurs du système bancaire a augmenté.

La PSD2 oblige en effet les institutions bancaires à octroyer à de nouveaux « Third Party Players » (TPP), des prestataires de services payants (PISP) et des agrégateurs de données (AISP), comme des entreprises de la fintech et les géants du web, l'accès au compte et aux services de paiement en ligne d'un consommateur de manière réglementée et sécurisée, sous réserve de son consentement.

Avec l'entrée en vigueur de cette directive, même les sociétés dites « OTT » (« Over the Top »), c'est-à-dire toutes les sociétés de médias qui offrent des services et des contenus via le web, en contournant les systèmes de distribution traditionnels tels que le numérique terrestre ou le satellite dans le cas de la télévision, pourront donc agir comme une banque. Cette catégorie comprend des géants technologiques tels qu'Amazon, Google, Facebook ou PayPal qui reconnaissent la valeur de plus en plus stratégique du secteur des paiements numériques. En effet il leur permet de diversifier davantage la gamme de services offerts et d'acquérir de nouvelles données sur leurs utilisateurs et ainsi d'avoir une visibilité à 360° de leur vie.

Découvrons dans cet article quelles sont les principales innovations que deux géants comme Facebook et Google vont lancer d'ici la fin de l'année dans le monde de l'Open Banking et quelles sont les perspectives d'un secteur en pleine mutation et qui va encore beaucoup évoluer.

Facebook Pay

Après l'annonce de Libra, la société de Menlo Park lancé fin 2019 Facebook Pay, le nouveau système de paiement numérique qui peut être utilisé via toutes les applications du groupe - y compris Instagram et WhatsApp - pour faire des achats et échanger de petites sommes d'argent entre amis.

Le système, lancé aux USA en novembre 2019 et qui sera bientôt opérationnel dans d'autres régions du monde, fonctionne de manière très simple : il suffit de saisir les coordonnées de votre carte bancaire, de choisir le mode de paiement et en cas de problème contacter l'assistance en temps réel, bien évidemment via le chat.

Facebook Pay part des services que Facebook a déjà activés depuis un certain temps et qui permettent à ses utilisateurs de payer avec les applications pour faire des achats, échanger ou envoyer de l'argent en P2P ou effectuer des dons. Facebook Pay se positionne comme un agrégateur de toutes ces fonctions, visant à les simplifier et à garantir une plus grande sécurité et une meilleure protection.

L'été dernier, il y a eu en outre le lancement de la division « Facebook Financial » qui fonctionne sur un système de paiement intégré qui permettra aux utilisateurs du monde entier de décider avec quelle « devise » échanger de l'argent sur les plateformes du groupe : cartes de crédit, cartes de débit ou cryptomonnaies.

Google Cache

Google poursuit également sa marche dans l'univers de la fintech, où il opère déjà avec des services intégrés à l'univers Android et avec l'écosystème des paiements mobiles, comme Google Pay.

Google Cache est en fait l'initiative mise en œuvre en collaboration avec Citigroup et l'Université de Stanford visant à offrir un véritable compte courant. Annoncé déjà fin 2019, ce projet devrait être lancé en 2020, tout d'abord aux États-Unis.

Le service doit permettre l'accès au compte courant via Google Play, facilitant la gestion et la convivialité du portefeuille numérique. Il ne s'agit pas seulement d'un enjeu d'innovation numérique dans le monde bancaire, mais aussi, comme dans le cas de l'annonce du lancement de Facebook Pay, d'adresser des services totalement innovants à une nouvelle cible de clients qui portent un regard totalement nouveau sur les services bancaires et qui expriment certainement à la fois une demande pour de nouveaux services numériques, tels que les paiements, et pour que ces services soient disponibles de manière intégrée dans les applications et outils qu'ils utilisent au quotidien.

La Big Tech remplacera-t-elle les opérateurs bancaires traditionnels ?

Pour le moment, la réponse est probablement non. En fait, l'intérêt des géants technologiques pour le secteur financier semble être davantage orienté vers la richesse des informations - et donc des données - liées aux transactions financières individuelles et non aux transactions elles-mêmes. L'objectif n'est donc peut-être pas de remplacer les opérateurs traditionnels - avec toutes les réglementations et les contrôles qui en découleraient - mais d'agir comme une sorte d'intermédiaire entre le consommateur et l'opérateur lui-même.

En outre, il ne faut pas oublier qu'en ce qui concerne les données sensibles, la composante confiance joue un rôle clé. Si les banques et les établissements de crédit traditionnels jouissent désormais de la confiance des consommateurs, les grandes entreprises technologiques doivent avant tout surmonter l'obstacle de la méfiance à leur égard en matière de gestion des données.

Une tâche pas si facile si l'on considère les nombreux scandales qui ont secoué le secteur. Cependant, il est également vrai que des entreprises telles que Google, Facebook ou Apple font désormais partie intégrante de la vie des utilisateurs, il est donc possible d'imaginer un avenir dans lequel certains utilisateurs préféreraient s'appuyer sur eux pour gérer leurs finances. En bref, s'ils ne constituent pas une menace dans l'immédiat, il se peut qu'il n'en soit pas toujours ainsi à l'avenir. Il sera donc crucial pour les institutions financières traditionnelles de planifier bien à l'avance la stratégie à entreprendre et de comprendre quand il faut être compétitif et quand il faut choisir de coopérer.

FINOM est le partenaire de choix des entrepreneurs et des professionnels : nous souhaitons vous simplifier la vie et votre entreprise en alliant gestion financière, facturation et banque. Apprenez-en plus ici : https://finom.fr/

Share this post

Related posts

Access FINOM

The fastest and simplest online finance service for SMEs, freelancers and the self-employed in Europe.

Try for free