Trends

L’industrie 4.0 : l’innovation pour les PME en Italie, France et Allemagne

Réduire les coûts, rendre les processus plus efficaces et repenser les produits et services : telles sont les opportunités que le numérique met à disposition des petites et moyennes entreprises, et des start-ups européennes pour créer les « entreprises du futur ». Une réelle opportunité à saisir, notamment compte tenu de l’impact négatif qu’a eu la pandémie dans presque tous les secteurs de production ces derniers mois.

Cependant, malgré les politiques industrielles fixées par les pays de l’Union Européenne avec les projets de l’Industrie 4.0, de nombreuses entreprises ont encore du mal à comprendre dans quelles nouvelles technologies investir, et comment sécuriser le financement de leur transformation numérique. De l’intelligence artificielle aux nombreuses voies de transformations digitales, nous savons bien qu’innover n’est pas chose facile et c’est précisément pourquoi FINOM propose déjà de nombreux services financiers simples et sur mesure pour votre entreprise.

En Europe, moins d’une entreprise sur cinq est véritablement numérisée. Les données proviennent du DESI, l’indice développé par la Commission Européenne, qui mesure le degré de diffusion numérique dans les différents pays. Environ 60% des grandes industries et plus de 90% des micros, petites et moyennes entreprises accusent d’importants retards dans l’adoption des technologies numériques modernes qui relèvent de l’Industrie 4.0.

Mais quelles sont les politiques nationales en faveur de l’Industrie 4.0 de demain ? Nous avons donc rassemblé quelques flashs rapides d’Italie, de France et d’Allemagne.

Entreprises et innovation en Italie

Annoncé pour la première fois en Janvier 2018, le plan italien Industrie 4.0 repose sur trois concepts clés : business, travail, compétences.

Les principales mesures liées au plan Industrie 4.0 visent à encourager l’achat d’actifs matériels et dématérialisés fonctionnels à la transformation technologique et numérique des processus de production. Ces mesures fiscales sont appelées Hyper et Super Amortissement. En outre, l'État italien couvre une partie des intérêts contractés par l’entreprise pour l’achat de nouvelles technologies (matériel et logiciel). La contribution atteint jusqu’à 2 millions d’euros.

Avantages fiscaux en France

La France a mis en place une véritable stratégie fiscale pour le développement de l’Industrie 4.0, avec des mesures adaptées et des procédures bien développées.

En effet, il existe en France un régime fiscal préférentiel et un crédit d’impôt pour les frais de recherche technique et de forte spécialisation. De plus, un amortissement de 140% est prévu pour l’achat de machines fonctionnelles à l’Industrie 4.0 mais uniquement pour les petites entreprises.

Financement des PME en Allemagne

En Europe, l’Allemagne a été le premier pays à ouvrir la voie vers l’Industrie 4.0 et ce dès 2011. Contrairement à ce qu’il se passe en Italie et en France, l’Allemagne ne s’est pas concentrée sur les crédits d’impôts pour stimuler la recherche, mais surtout sur les fonds directs décaissés sur des appels d’offres spécifiques et sur le financement de Kreditanstalt für Wiederaufbau aux entreprises.

Aussi, si vous possédez une entreprise ou êtes indépendant, et que vous recherchez un moyen de numériser et de développer votre entreprise alors FINOM est la solution idéale pour booster votre entreprise ! C’est comme avoir un nouveau partenaire qui travaillera 7j/7 et ce sans jamais se plaindre. Ici vous pouvez en savoir plus sur nos services et sur nos offres.

Access FINOM

The fastest and simplest online finance service for SMEs, freelancers and the self-employed in Europe.

Try for free

Related posts